accueil biographie actualités bibliographie audiovisuel extraits distinctions liens
nouveautés les vivants et les dieux (réécoute libre)
NOUVEAUTES   2012   2007   2006
Michel Cazenave      Dédicace à l'Absente  suivi de   Paris Néon
2007 - Le Nouvel Athanor (Collection : Poètes trop Effacés)

     Michel Cazenave,
          "poète trop effacé" ? Un comble ?

     Voici un grand universitaire, spécialiste de renommée internationale de Carl Gustav Jung (on ne saurait trop recommander la lecture de ses deux introductions aux tomes C.G. Jung, La Réalité de l'âme parus en Livre de Poche).
     Voici un auteur prolixe et érudit qui, depuis plus de trente ans, a passionné un large public avec ses romans, ses essais, ses diverses participations à des anthologies (même poétiques !), notamment.

     Exprimé en d'autres termes : Cazenave n'est nullement un inconnu ou un écrivain trop effacé...

Michel Cazenave - Les Poètes trop Effacés

     Pourtant, tout n'est pas si simple. L'oeuvre poétique de Michel Cazenave, par rapport aux restes de ses écrits, semble peu lue, peu commentée, presque cachée, en tout cas peu diffusée, pour ne pas dire : inconnue ! Dès lors, il nous a semblé urgent de réparer cette quasi injustice en accueillant le poète dans notre nouvelle collection destinée justement à faire mieux connaître une voix originale et belle, haute et jamais hautaine, puisant son lyrisme plein de retenue dans une tradition ancestrale adressant louanges à ce Féminin sacré qui n'a pas fini de fasciner notre époque en manque de références pas seulement symboliques.

     Lisez ce Michel Cazenave-là, il vous réserve d'heureuses surprises et des émerveillements à nos yeux, "ineffaçables".

Les éditeurs

     Portrait
     Jean-Luc Maxence

     Michel Cazenave inconnu ? De qui se moque-t-on ? Il suffit de jeter un regard sur le curriculum vitae de cet homme étonnant, érudit polyphonique à tant de points de vue, pour constater que les activités professionnelles passées et actuelles de l'intéressé le mettent à l'abri d'un anonymat même relatif et rendent quasiment ridicule le qualificatif d'inconnu, particulièrement en ce qui le concerne !

     Michel Cazenave est, à l'heure même où nous écrivons ce texte, responsable du programme Une Vie, une Oeuvre et producteur de Les Vivants et les dieux - Symboles et religions à France Culture, il organise des colloques internationaux, en collaboration avec des universités étrangères, toujours pour France-Culture, il est Membre du Conseil d'Administration de Sorbonne-Radio France… excusez du peu ! Pour la télévision, après avoir été coproducteur de la partie «Débats d'idées» de l'émission Océaniques puis responsable du programme Connaissances sur France 3, il demeure producteur libre pour la télévision (INA/France 3/ARTE). Quant à son rôle dans l'édition, qui ne sait pas que Michel Cazenave, éminent spécialiste de C.G. Jung, de rayonnement international, est Directeur de la traduction des «Oeuvres complètes» de Jung chez Albin Michel, Directeur de la collection «Les Vivants et les dieux» aux éditions Desclée de Brouwer, chargé de l'édition des Oeuvres du même Jung en Livre de poche (Hachette ), Membre du Comité éditorial des éditions «Le Martin pêcheur»…

     D'une certaine manière, il n'est pas exagéré d'affirmer que Michel Cazenave est l'un de nos plus grands anthropologues oeuvrant dans le champ des «religions comparées», une sorte de militant permanent promoteur de l’œuvre de C.G. Jung, Président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur son oeuvre, Membre du Conseil d'Administration et vice-président du CIRET (Centre International de Recherche et d'Études Transdisciplinaires). Cazenave, enfin, est un philosophe qui fait autorité, chargé de cours à l'ITREC (Institut transdisciplinaire de recherche en psychologie), à Paris, auprès de TETRA (Institut de formation en psychologie et philosophie), à Bruxelles, à HESTIA (Institut de Recherches transdisciplinaires), à Toulouse, notamment !

L'homme collabore aussi à de nombreuses revues en tant que membre du Comité de rédaction du «Groupe 21» (Le Rocher), membre du Conseil de direction de «L' immaginale» (Italie), critique cinématographique au magazine «Nouvelles Clés» et chroniqueur régulier au «Monde des religions». Exprimé en d'autres termes: consulter l’énumération de ses activités ex abrupto risque de donner la migraine! Et si l'on veut vraiment prendre tous les risques pour l'attraper, il suffit d'ajouter que notre homme est également correspondant à titre étranger de l'Académie des Sciences, du Comité Consultatif International des «Rencontres sur les origines», du groupe de recherches PSA (Plasticités, Sciences, Arts), à Paris, de l'AIPA (Association Internationale de Psychologie Analytique - psychanalyse jungienne), de la commission de conception et d'organisation des «Semaines Chrétiennes du Cinéma», du Comité de parrainage de la revue «Terre du ciel», de l'Académie des «Cent du cinéma», de l’Académie Internationale des Sciences et des Arts de Paris… De toute façon, être exhaustif avec ce chercheur universitaire infatigable devient vite impossible. Mieux vaut y renoncer. Après tout, les titres ne sont que les signes visibles de cette persona chère aux psychologues des profondeurs de notre temps, pour reprendre un des concepts célèbres de C. G. Jung. Nul besoin d'être psychanalyste en effet pour savoir que la persona c'est ce masque, ce «dispositif d'adaptation au monde que nous développons dans nos rapports avec lui» et que «presque chaque profession à sa persona spécifique. Il est facile aujourd'hui d'étudier la chose (…/…). Le monde impose un certain comportement, et les professionnels s'efforcent de correspondre à son attente. Mais le danger, c'est que l'on s'identifie à sa persona, comme par exemple le professeur à son manuel ou le ténor à sa voix. C'est alors la catastrophe. On ne vit plus alors en effet que selon sa biographie.» (1).

     Eh bien, avec Michel Cazenave le risque qu'une telle «catastrophe» survienne est quasiment nul! Il suffit d'échanger quelque peu, de nouer et dénouer et renouer des relations le plus souvent spontanément amicales, pour se rendre compte que les titres et les écoles de pensée si souvent réductrices, avec lui, ne font jamais le pédagogue, comme l'habit ne fait pas davantage le moine. Dans le Réel, notre interlocuteur ne cesse jamais de suivre son parcours d'individuation, itinéraire métamorphique qu'il sait progressif et se jouant sur toute une vie. Rien n'est moins figé que l'esprit de cet auteur, et de cela nous lui sommes vraiment reconnaissants.

portrait Michel Cazenave - Juin 2007

     Le curriculum vitae de Michel Cazenave s'avère trop foisonnant, luxuriant même, pour entraîner nécessairement de longs commentaires. Que les universitaires fassent leur docte labeur, nous ne sommes pas des leurs et avouons être incapable de manger de ce pain-là sans qu'une indigestion grave ne nous cloue au silence. Certes, il est sans doute utile de savoir que le philosophe Michel Cazenave est né le 9 juin 1942 à Toulouse, qu'il est entré à l'École Normale Supérieure en 1963, qu'il fut, dès 1965, Membre fondateur, puis Président national du Mouvement des Jeunes Gaullistes (Union des Jeunes pour le Progrès). Il est également éclairant de noter qu'il fut critique littéraire et théâtral à « Notre République» et qu'il ne cesse, ici et maintenant, d'être un créateur au sens large du terme, agitateur d'idées souhaitant toujours les approfondir afin de mieux les transmettre. Voilà un intellectuel «engagé» (comme on aurait dit dans ma jeunesse), mais un penseur libre, dégagé des propagandes faciles des modes éphémères et trop souvent trompeuses. Le temps aidant, personne ne peut aujourd'hui minimiser le rôle polyvalent et majeur qu'il a joué et habite plus que jamais en tant qu'explorateur méticuleux de l'univers de C.G. Jung, chercheur passionné suivant au plus proche son propre désir d'approfondissement exigeant qu'il sait ne point pouvoir (ou savoir ?) occulter.

     On le sait, Michel Cazenave a été édité par presque tous les plus «prestigieux» éditeurs de notre pays! De ce point de vue, il prête le flanc à l'exégèse sans fin et aux études universitaires, et c'est tant mieux. Toutefois, son oeuvre n'est pas si facile que cela à appréhender dans son ensemble même si sa ligne de cohérence reste lumineuse.

     Les titres même de ses nombreux ouvrages montrent en effet son souci constant de vouloir comprendre, parfois élucider, l'âme du monde, avec ses symboles, ses légendes, ses racines, ses mythes fondateurs, ses héros, sans oublier Sophia et l'éternel «féminin sacré» qui le hante et le séduit.

     Au fond, la montagne Cazenave est trop haute et belle pour ne point donner le vertige au béotien qui ose l'effronterie de vouloir la gravir sans crampons ni déférences snobes ou mondaines à chaque pas! Et c'est pourquoi nous avons préféré, quant à nous, proposer ci-après un «C-V» quasi exhaustif de l'auteur (établi d'ailleurs par lui-même) afin que le lecteur puisse en quelque sorte extraire de ce gisement-là ce qui va peut-être l'aider à grandir.

Pourtant, il est l'une des facettes de ce Janus qui n'a guère fait l'objet jusqu'alors d'une mise en pleine lumière. L'éclairage est pourtant indispensable à nos yeux de «passeur» en domaine de poésie contemporaine…

     Michel Cazenave poète ? Sur ce plan-là, la réalité s'avère plus complexe. Et, pour notre part, nous n'avons pas hésité à répondre par l'affirmative à l'interrogation. En effet, s'il est une signature qui trouve une juste et évidente place dans notre série «Poètes trop effacés», c'est, paradoxalement, celle de Michel Cazenave.

     Certes, Michel Cazenave a commis plusieurs recueils de poèmes étonnants publiés aux éditions Imago, chez Arma Artis, chez Arfuyen, puis au Nouvel Athanor. Il est aussi l'architecte d'une excellente «Anthologie de la poésie de langue française du XIIe au XXe siècle» (Hachette) mais paradoxalement on peut constater qu'il est encore peu signalé comme poète !

     En fait, lorsqu'il évoque son parcours poétique, son impérieuse inspiration, Michel Cazenave a toujours l'air de s'excuser. Non seulement il est stricto sensu «trop effacé» mais en plus il cultive (consciemment ou inconsciemment ?) une discrétion et une modestie par principe qui peut désarçonner chez un tel homme. Oserions-nous dire que la poésie représente chez lui une sorte de retour insolite du refoulé ? Une certitude: la poésie le préoccupe et l'irradie. Et il lui est même arrivé de nous confier qu'elle est devenue, au fil des ans, ce à quoi il tient le plus, secrètement. Selon nous, Michel Cazenave a raison. Sa poésie est belle, exigeante, resserrée. Elle est à l'écoute des pulsations secrètes du féminin sacré. Elle est Sophia, Tristan et Iseut, expérience intérieure, Amour impossible, figures de l'Eros, grande quête vers l'horizon de la Connaissance, péninsule de la femme, chants de la déesse...

     Mieux que disserter au sujet de l'univers d'un semblable poète, il faut le visiter. Cazenave sait que «c'est toujours vouloir Dieu que d'aimer une femme». En cela, il est frère «des danseurs et des fous», il est de ceux qui hésitent «sur le fil entre l'extase et la mort», «parce qu'ils brûlent de cette ombre où se forme le Temps». Mais alors :

« Faut-il prendre
la route
qui ne mène
nulle part

car nulle part
est le lieu
du secret
dérobé ? »

     Parce qu'il a su nous confier: «On doit danser du même pas que les idées dans le ciel», et encore: «Rien n'est pire que de mourir- si ce n'est de survivre», Michel Cazenave a sa place réservée au royaume des poètes, il défie les «oiseaux du néant» pour notre plus grand plaisir. C'est cela, rien que cela et tout cela que nous voulions ici exprimer.

     (1) Carl Gustav Jung. La réalité de l'âme, 1. Structure et dynamique de l'inconscient, La Pochothèque (Le Livre de Poche).

     Extrait
     Dédicace à l'absente - 1. Légendes

Nénuphars
sur le lac
aux reflets de la lune :

le cri bref
d'un oiseau
qui déchire la nuit -

tout l'éclat
de ces yeux
qui consument l'obscur,

la lumière
éblouie
sous la nuit des cheveux...

•••  retour en haut de page  •••

Les textes, images et photos de ce site sont protégés par le Code de la Propriété Intellectuelle et ne peuvent être utilisés,
sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de leurs auteurs.